mercredi 17 novembre 2010

Débat sur l'éducation physique et la compétition lors des EPSiliades 2010

Invité aux EPSiliades, du 12 au 14 novembre, j'ai pu constater la soif de débat et de discussion des enseignants d'éducation physique. Le programme a en effet permis d'intervenir sur des thématiques très larges par rapport auxquelles l'enseignement en général, et celui de l'éducation physique en particulier, doit se positionner. Certes, il a été question d'EPS, mais les débats ont su dépasser les simples questionnements de type instrumental, didactique ou technique pour se situer au plan éducatif, culturel, éthique et, bien sûr, politique. Interroger la culture (et les différents niveaux dont elle est constituée), interroger les médias, interroger les institutions de formation, interroger l'école, interroger le sport bien sûr dans ses différentes réalités, c'est se positionner dans un combat pour des valeurs, mais c'est aussi se donner les moyens d'adopter une posture claire tant au plan politique qu'au plan philosophique

Romain Barras, Philippe Liotard, Jules Lafontan, Stéphane Diagana, Maxime Travers
Lors des tables rondes, j'ai été amené à intervenir sur deux thématiques. Chacune d'elle a fait apparaître les enjeux éducatifs actuels et la nécessité de réfléchir aux valeurs, dès lors que l'on s'inscrit dans un projet d'éducation. L'une comme l'autre ont été largement suivies et les débats aussi nourris qu'éloignés d'une pensée unique.

La première, intitulée "La compétition dans le sport: solidarité ou exclusion?" a tenté de répondre aux questions suivantes: Quelles valeurs les compétitions sportives peuvent-elles véhiculer? En quoi participent-elles à l'idéologie néolibérale? A quelles conditions la compétition sportive, y compris en EPS, peut-elle construire une émancipation solidaire? Pour répondre à ses questions, Stéphane Diagana, ancien champion du monde du 400m haies, Romain Barras, champion d'Europe de Décathlon, Maxime Travers et moi-même.
Sur cette thématique, deux billets ont été publié. L'un présentait ce débat comme le fait du jour du 15/11/2010. Le second rapportait les grands axes de la mise en question de la compétition.

La seconde table ronde portait sur la question de l'égalité des sexes en (et par) l'éducation physique scolaire.  Elle aussi était organisée à partir d'une question "Une EPS pour tous-tes: l'égalité des sexes en EPS, une utopie?" Pour débattre, Catherine Patinet, professeure d'éducaiton physique ayant réalisé une thèse sur la question, la philosophe Geneviève Fraisse, et moi-même. Un bref compte rendu de la table ronde a été publié ici.

Sous très peu, je développerai ce billet pour y mentionner les points du débat qui me paraissent les plus importants à prolonger.
Une chose est sûr, le débat sur les valeurs de l'éducation physique, notamment à travers celles du sport, de la compétition et de la performance ressurgit, après de nombreuses années de somnolence.

Un compte rendu de l'évènement sur le post
mis à jour le 22/11/2010

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire