vendredi 3 août 2018

Zombie Boy, le beau sale gosse

Rick Genest, plus connu sous le nom de Zombie boy a été découvert mort par la police de Montréal mercredi 1er août 2018, jour de la mort de Fakir Musafar.
Sa tête vous dit quelque chose sans doute. Une tête de mort, de zombie, un déguisement à tomber par terre dans les soirées branchées. Tatoué, des pieds à la tête, crâne et visage compris. Zombie a été une apparition dans le monde du tatouage. Découvert mort à 32 ans, il y a pourtant plusieurs années qu'il est ainsi recouvert.
On connait un peu son histoire, il a été beaucoup interviewé. Les photos de lui inondent le web. Mannequin pour Mugler, on le retrouve dans la presse féminine dans une image de sale gosse stylisé. Il prenait la lumière. Savait poser son regard, faire la mimique qu'il fallait.


On le voit aussi dans le clip de Lady Gaga "Born this way" (un clip à plus de 230 millions de vues) où il incarne la créature qui nait dans un déchirement et en laquelle... se maquille Lady Gaga




Mais Rick Genest était un mec de la rue. Un punk à paillettes dont le look a été utilisé et mis en scène. Il gardait cette tension entre les projecteurs qui font de vous une icône et le bad boy tatoué revenu de loin.
En devenant Zombie Boy, Rick Genest a contribué à populariser le tatouage du visage. Il était une exception dans la valorisation sociale de soi. En allant au bout d'une démarche radicale, en inscrivant à l'encre l'intérieur de son corps à la surface de sa peau, il a échappé au suicide social de la marginalisation pour devenir un personnage public, pour exister comme image, comme belle image de beau sale gosse.

Mais si on peut se distinguer de son personnage public, il est difficile d'échapper à soi. Et les images souffrent aussi.
Il portait tatoué sur le ventre RIP. C'est tout ce qu'on peut lui souhaiter aujourd'hui
Requiescat in Pace,
Repose en paix,
Rest in Peace

Rick Genest
Fuck You Style

Aucun commentaire:

Publier un commentaire

à genoux sur un corps que tu étouffes. A George Floyd

«  En me mettant а genoux  J’ai pleuré  » (Daniel Darc, La main au coeur) Derek, tu l’as senti dans ton genou, hein, le moment où G...